Open letter to the libertarian site “Beneath the Ashes” (en/fr) 2014

 

Sent at the beginning of last week [ie about 16th November] to Sous la Cendre [“Beneath the ashes”], the letter received no reply [in fact, they published it a bit later- here, and a response is pending]. Knowing that it tries to address issues which disturb them, that of Islam, on which a lot of libertarians and similar people prefer silence for fear of being accused of “Islamophobia”, I am therefore led to distribute it widely. Some clarifications.

 

Firstly, in the letter, I emphasise that the reductionism displayed in “Neither their war nor their peace” reminded me of the person who presided over the publication of “Our kingdom is a prison” at the time of the attack against the synagogue in the rue Copernic in 1980. Of course, I’m not opening myself up to any easy analogy which would lead me to say that the author of “Neither their war nor their peace” is a priori a holocaust denier, which was the case with the editors of “Our kingdom.” On the other hand, seeing as it’s evidence of the failings peculiar to French rationalist ideology, it encourages the avoidance of “accursed” questions which many self-proclaimed “libertarians” do not want to be confronted with because of the pure opportunism towards the prejudices they attribute en bloc to the layers of society that they would like to solicit, without even listening to these people whom they are supposed to be addressing. They forget sometimes that North Africans can be atheists! Without realizing it, they in some way take up the ideology of the State as an inverted expression of reality, when in fact this reality is far more complex and more contradictory than it appears to be in the discourse of the managers of domination.

Finally, to show that I’m not obsessively fixated on Islam, I recall that the same “libertarians”, constantly in search of improbable causes to support and victims of “our” States to defend, often have identical attitudes towards other religions, starting with Catholicism, even within Europe itself. Without even going back to the time of the appearance of “Solidarnosc” in Poland, I am thinking here of Ireland, where ‘Sinn Féin’ Republicans, not content with being nationalists are, in addition, supporters of the clergy. This is not without consequences, starting with their legendary hostility to abortion. Just six months ago, at their last conference, their leadership (without it being a unanimous decision) finally ended up reluctantly admitting that it would be possible to think about it “in certain cases”: those where the foetus is suffering from illness, disability or deformity that allows the medical community to “doubt its chances of survival.” [in fact, the laws in Northern Ireland also permits abortion if there is a reasonable suspicion that the birth of the child would lead to the death of the mother]. Asserting that “Sinn Fein” and the Irish population that supports it, particularly in Ulster, share horrendous positions on this issue, would this demonstrate “Catholicophobia”? Even as the British state, to better manage the situation over in Belfast, prohibited there what they accept elsewhere in Great Britain! To ask the question is to answer it.

Hello,

I was surprised to find the text “Neither their war nor their peace” on your site, without any critical commentary. A text that seems to come along at particularly the wrong moment and which I did not distribute for several reasons, the first being the absence of empathy towards those most concerned by the massacre, for example at the Bataclan, the dead, the wounded, those close to them, most of them “teenagers”, including those from the banlieux, like those I know, some of them for a long time, or those I bump into where I live in department 93 [Seine-St-Denis, just on the outskirts of Paris, at the end of the Paris metro line]. These “teenagers”, some originating from the Maghreb, were horrified by the massacres, spent their night on the phone and, for some, running to hospitals, fearing for the lives of their loved ones, their friends and their relations, out rushing off to the center of the cyclone. Yet despite their intense emotion, they did not make some amalgamation of the “crazy God-lovers” with Arabs, North Africans or even Muslims in general. And all of them condemned the next day the establishment of the state of emergency and appeals to sing “The Marseillaise” on Facebook. Anyway, the text reminds me, in its spirit, of those allegedly “objective” “analyses” during the years 1970-1980, where “subjective attitudes” [ie anything that didn’t conforms to what was considered “objectively ” correct, such as an emotional response] were repressed concerning the massacres of Jews during the Nazi epoch. It is impossible to respond to the use of emotion by the French state, which I am the first to recognise, with the coldness of “geopolitical” pseudo-critical analyses on the level of the first “revolutionary” politicologist, interviewed by “Le Monde Diplomatique”.

The second reason, in conjunction with the first is that the text, given its timeless character, could have been written forty years ago, on the occasion of terrorist attacks sponsored by Carlos and the Popular Front for the Liberation of Palestine at the time of pan-Arabism, which repressed the issue of religion in the name of the hypothetical construction of some secular nation-state, sometimes dressed up with the label “socialist” in Palestine. However, the issue of religion in general and Islam in particular returns to the surface more than ever, to the point where what we thought had been superseded had more prosaically been repressed, especially in the speeches of the leaders of pan-Arabism, of Nasserism and its avatars, already well decomposed at the end of the Cold War. For example, the question of the peculiarities of “radical Islam” as an ideology that combines politics and religion in the context of current global relations, the rotten fruit of the liquidation of the Blocs, is totally ignored in the text and reduced, in a Marxoid manner, to the dimension of conflicts between nation states in the modern sense, to the struggle for markets, etc. However, the issue raised by “radical Islam”, in Syria and elsewhere, under the faded banner of the Holy War, is no more reducible to “the relentless logic ” of capitalism and the state, in general, than that of Nazism towards the Jews, Gypsies, etc. We’ll have to get to grips with the history of “radical Islam” and to fight it for what it is, obviously without making any concessions to democracy, to the republican state, to its “emergency” situations, to its laws in the same vein, etc. If not, we risk making it banal in the way the revisionists did with anti-Semitism.

For I say plainly, on the question of the latest massacres in Paris, this text is as false, in its approach, as the texts that emerged at the time of revisionism and the bombing of the Rue Copernic synagogue, by neo-Bordigists, such as “Our kingdom is a prison “ in 1980. In general, I think we will agree on this: the religious question is not reducible to that of the “logic” of capitalism and the state. Any more than modern alienation has done away with millenarist alienations, even though it modifies them, uses them, etc. Which is also the case with “radical Islam”, given that it carries religious fanaticism along with it, first of all in terms of destruction then, secondly, accompanied by violent self-destruction. These have a goal, not of realizing a nation state, but that imaginary, universal theocracy advocated in the Quran, with, as a reward for those blessed, sacrificed on the altar of the Prophet, access to a paradise populated with virgins. I think Europeans, steeped in Christian, then secular, culture do not understand how the speeches and communiques of the imams, even fundamentalist ones, echo in the minds of Muslims here, although many of them are embarrassed or horrified by the acts committed by some “brothers” in the name of Islam.

In short, in terms of critique, Islamism disappears from the minds of quite a few libertarians and those who are considered so, for reasons well summarized in the text “To believe or to think – you must choose! ” available on the website of Floréal. Legitimate hatred against “our” state should not also lead to writing texts as reductionist as “Neither their war nor their peace.” It’s one thing to criticize the Republican state, as I do without concession with the “young”, amongst others, that I know in “my” banlieu, including conversations over the last five days. It’s quite another thing to defend reductionist positions, which stear clear of the critique of Islamism and its specific horrors like our citizenists at the far left of the left, especially in department 93 [reference to Montreuil in particular, an area on the outskrts of Paris where a large amount of “libertarians” are concentrated]. To the point that, under the pretext of not stigmatizing “Muslims” en bloc, they accept remarks and vulgar anti-Semitic conspiracy theories without reacting to them, remarks which I sometimes hear in Maghreb cafes in “my” banlieu – “The attacks are horrible, but those who did it are not true Muslims, but crazy people manipulated by Israel.” As for me, I do not tolerate this kind of remarks aimed to clear Islam of any responsibillty, any more than those Christians who affirm: “The Inquisition had nothing to do with Christianity and the Roman Church, it was probably manipulated by rabbis from Amsterdam.” Unlike those alleged libertarians and similar who treat me as “Islamophobic”, I do not dodge a critique of religion. Without, obviously, making an a priori amalgam of individuals, in this case Muslims, with the “fanatics of God”. On the contrary, these shoddy so-called libertarians believe it’s possible, through their attempts at opportunistic contact, to solicit “youths” who’ve been Islamised to varying degrees. The poverty of activism!

Neither God nor master

André Dréan,
Paris, 18th November 2015

[Translated from french by dialectical delinquents (where you can also read an interesting introduction).]

 

Lettre ouverte au site libertaire « Sous la cendre »*

Envoyée au début de la semaine dernière à « Sous la cendre », cette lettre n’a reçu aucune réponse. Sachant qu’elle tente d’aborder des questions qui dérangent, ici celle de l’islam, sur laquelle pas mal de libertaires et assimilés préfèrent faire silence, par peur d’être taxés « d’islamophobie », je suis donc amené à la diffuser largement. Quelques précisions.

 

PDF - 350.6 ko

D’abord, dans la lettre, je souligne que le réductionnisme affiché dans « Ni de leur guerre, ni de leur paix » me rappelle celui qui présida à la rédaction de « Notre royaume est une prison », à l’époque de l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic, en 1980. Bien entendu, je ne me livre à aucune analogie facile, qui me conduirait à affirmer que l’auteur de « Ni de leur guerre, ni de leur paix » est a priori négationniste, ce qui était déjà le cas de rédacteurs de « Notre royaume ». Par contre, vu le travers, propre à l’idéologie rationaliste à la française, dont il fait preuve, il favorise l’escamotage des questions « maudites » auxquelles beaucoup de « libertaires » autoproclamés ne veulent pas se confronter par pur opportunisme envers les préjugés qu’ils attribuent en bloc aux couches sociales qu’ils aimeraient bien racoler, sans même être à l’écoute des individus auxquels ils sont censés s’adresser. Ils oublient même parfois que des Maghrébins peuvent être athées ! Sans s’en rendre compte, ils reprennent, en quelque sorte à leur compte, l’idéologie d’Etat, comme expression renversée de la réalité, alors que cette dernière est beaucoup plus complexe et plus contradictoire qu’il n’y paraît dans le discours des gestionnaires de la domination.

Enfin, pour montrer que je ne fais aucune fixation obsessionnelle sur l’islam, je rappelle que les mêmes « libertaires », en quête permanente de causes improbables à soutenir et de victimes de « nos » États à défendre, ont souvent des attitudes identiques envers d’autres religions, à commencer par le catholicisme, en Europe même. Sans même remonter à l’époque de l’apparition de « Solidarnosc » en Pologne, je pense ici à l’Irlande où les républicains du « Sinn Féin », non contents d’être nationalistes sont, de plus, cléricaux. Ce qui n’est pas sans conséquence, à commencer par leur hostilité légendaire à la possibilité d’avorter. Il y a à peine six mois, à leur dernier congrès, leur direction a finalement reconnue du bout des lèvres qu’elle était pensable, sans même que cela fasse l’unanimité, « dans certains cas » : ceux où le fœtus est atteint de maladie, déformation ou handicap qui permette au corps médical de « douter de ses chances de survie ». Affirmer que le « Sinn Féin » et les populations irlandaises qui, en particulier en Ulster, le soutiennent partagent sur de telles questions des positions infâmes, est-ce faire preuve de « cathophobie » ? Alors même que l’État britannique, pour gérer au mieux la situation du côté de Belfast, interdit là-bas ce qu’il accepte ailleurs, en Grande-Bretagne ! Poser la question, c’est y répondre.


Lettre ouverte au site libertaire «  Sous la cendre  »

Bonjour,

J’ai été étonné de retrouver affiché sur votre site le texte « Ni de leur guerre, ni de leur paix », sans le moindre commentaire critique. Texte qui me semble particulièrement mal venu et que je ne diffuse pas pour plusieurs raisons dont la première est l’absence d’empathie envers les premiers concernés par le massacre, par exemple au Bataclan, les morts, les blessés, les proches, pour la plupart des « teenagers », y compris de banlieue, comme je peux en connaître, parfois depuis longtemps, ou en croiser là où j’habite dans le 93 (Seine-Saint-Denis). Lesquels « teenagers », à l’occasion d’origine maghrébine, étaient horrifiés par les massacres, ont passé leur nuit au téléphone et, pour certains, à courir les hôpitaux, craignant pour la vie de leurs amours, de leurs amis et de leurs relations, en vadrouille au centre du cyclone. Pourtant, malgré leur intense émotion, ils n’amalgamaient pas les « fous de Dieu » aux Arabes, aux Maghrébins, ni même aux Musulmans en général. Et tous condamnaient le lendemain l’instauration de l’état d’urgence et les appels à chanter « La Marseillaise » sur Facebook. Bref, le texte me rappelle, dans son esprit, ces « analyses » prétendument « objectives » dans les années 1970-1980, où les « subjectivités » étaient refoulées, concernant les massacres des juifs, à l’époque du nazisme. Il est impossible de répondre à l’utilisation des émotions par l’État hexagonal, ce que je suis le premier à faire, par la froideur de pseudo-analyses critiques « géopolitiques » du niveau du premier politologue « révolutionnaire », interviewé par le « Monde diplomatique ».

La deuxième raison, en liaison avec la première, c’est que le texte, vu son caractère intemporel, aurait pu être écrit il y a quarante ans, à l’occasion d’attentats sponsorisés par Carlos et le FPLP (Front populaire de libération de la Palestine), à l’époque du panarabisme, qui refoulait la question de la religion au nom de l’hypothétique construction de quelque État nation laïque, parfois même affublé de l’appellation incontrôlée « socialiste », en Palestine. Or, la question de la religion en général et celle de l’islam en particulier remontent à la surface plus que jamais, au point que ce que nous pensions dépassé avait été plus prosaïquement refoulé, en particulier dans les discours des leaders du panarabisme, du nassérisme et de ses avatars, déjà bien décomposés à la fin de la Guerre froide. Par exemple, la question des particularités de « l’islamisme radical », comme idéologie qui combine le politique et le religieux dans le cadre des rapports mondiaux actuels, fruits pourries de la liquidation des Blocs, est totalement passée sous silence dans le texte et réduite, de façon marxeuse, à la dimension de conflits entre États nations, au sens moderne, de luttes pour les marchés, etc. Or, la question soulevée par « l’islamisme radical », en Syrie et ailleurs, sous la bannière défraîchie de la Guerre sainte, n’est pas plus réductible à « l’implacable logique » du capitalisme et de l’État, en général, que celle du nazisme envers les juifs, les tziganes, etc. Il va falloir empoigner à bras le corps l’histoire de « l’islamisme radical », et le combattre en tant que tel, sans faire évidemment la moindre concession à la démocratie, à l’État républicain, à ses situations « d’urgence », à ses lois de la même veine, etc. Sinon, nous risquons de le banaliser, comme les révisionnistes le firent, et continuent à le faire, à propos de l’antisémitisme.

Car, je le dis tout net, sur la question des derniers massacres à Paris, ce texte est aussi faux, dans sa démarche, que ceux sortis, à l’époque du révisionnisme et de l’attentat de la synagogue de la rue Copernic, par les néobordiguistes, du genre « Notre royaume est une prison », en 1980. De façon générale, je pense que nous serons en accord là-dessus : la question religieuse n’est pas réductible à celle de « la logique » du capitalisme et de l’État. Pas plus que l’aliénation moderne n’a fait disparaître des aliénations millénaires, même si elle les modifie, les utilise, etc. Ce qui est aussi le cas de « l’islamisme radical », vu ce qu’il charrie de fanatisme religieux, déjà en termes de destructions accompagnées d’autodestructions violentes. Lesquelles ont comme objectif, non pas la réalisation de quelque État nation, mais celle, imaginaire, de la théocratie universelle préconisée dans le Coran, avec, comme récompense des bienheureux sacrifiés sur l’autel du Prophète, l’accès au paradis peuplé de vierges. Je pense que des Européens, pétris de culture chrétienne, puis laïque, ne comprennent pas à quel point les discours et les communiqués des imams, même fondamentalistes, rencontrent des échos dans la tête des musulmans d’ici, même si nombre d’entre eux sont gênés, voire horrifiés, par les actes commis par des « frères » au nom de l’islam.

Bref, en termes de critique, l’islamisme disparaît de l’horizon de pas mal de libertaires et assimilés, pour des raisons bien résumées dans le texte « Croire ou penser, il faut choisir ! », disponible sur le blog de Floréal. La haine légitime contre « notre » État ne doit pas nous conduire à écrire des textes aussi réducteurs que « Ni de leur guerre, ni de leur paix ». C’est une chose que de critiquer l’État républicain, comme je le fais sans concession, entre autres auprès des «  jeunes » que je connais sur « ma » banlieue, y compris depuis cinq jours. C’est autre chose que de défendre des positions réductrices, qui évacuent la critique de l’islamisme et de ses horreurs spécifiques, comme le fond nos citoyennistes à gauche de la gauche, particulièrement dans le 93. Au point d’accepter sans réagir, sous prétexte de ne pas stigmatiser en bloc les « musulmans », des propos vulgairement complotistes et antisémites, que j’entends parfois dans des cafés maghrébins de « ma » banlieue : « Les attentats sont horribles, mais ils ne sont pas le fait de vrais musulmans, mais de fous manipulés par Israël. » En ce qui me concerne, je ne tolère pas plus ce genre de propos, qui visent à dédouaner l’islam, que ceux de chrétiens qui affirmeraient : « L’inquisition n’avait rien à voir avec le christianisme et l’Église romaine, elle était sans doute manipulée par les rabbins d’Amsterdam. » Quitte à me faire traiter « d’islamophobe » par de prétendus libertaires et assimilés, je n’escamoterai pas la critique de la religion. Sans évidemment assimiler a priori des individus, ici musulmans, à des « fous de Dieu ». Par contre, lesdits libertaires de pacotille croient possible, par des tentatives d’approche opportuniste, de racoler des « jeunes » islamisés à des degrés divers. Misère du militantisme !

Ni Dieu, ni maître.

André Dréan,
Paris, le 18 novembre 2015.

Pour correspondre, écrire à nuee93@free.fr

* L’objectif de ma lettre n’est pas de stigmatiser « Sous la cendre », mais d’aller à la rencontre de personnes avec qui j’ai a priori envie de soulever des questions importantes. Ce qui n’est pas le cas avec de prétendus libertaires comme ceux qui, dans « Alternatives libertaires » et ailleurs, assimilent frauduleusement la critique de l’islam à de « l’islamophobie » et qui, par suite, déroulent le tapis rouge devant des lobbies aussi infréquantables que celui des « Indigènes de la république ».

P.-S.

Commentaires sur le « Sinn Fein » et la possibilité d’avorter.

Bonjour,

Je réponds à ce commentaire de façon brève.

Premièrement, je connais bien la « question irlandaise », depuis plus de quarante ans, y compris « de visu », vu mes séjours répétés au Royaume-Uni depuis les lendemains de Mai 68. J’y donc pu me faire quelques opinions sur le « Sinn Fein », sur son nationalisme et son cléricalisme réels. De façon générale, je ne partage plus depuis belle lurette les mythes, hérités du marxisme-léninisme, selon lesquels nous pourrions, au nom de la lutte contre les Etats colonisateurs, apporter le moindre soutien, même critique, aux leaders, ou présumés tels, des colonisés. L’histoire l’a montré mille fois : la prétendue « victoire » desdits leaders signifie la création de quelque Etat supplémentaire ou, sur la base de compromis, l’autonomie des territoires en question au sein même de l’Etat existant, lorsque les conditions ne sont pas, ou plus, réunies pour créer de nouveaux Etats nationaux. Ce qui est la tendance dominante actuellement en Europe de l’Ouest, vu la fin des Blocs, y compris en Ulster. Le « Sinn Fein » a donc tenu compte de la nouvelle situation et, en bon parti nationaliste, penche aujourd’hui pour l’autonomie.

Deuxièmement, il est caractéristique que l’auteur du commentaire affirme, à la suite des leaders du « Sinn Fein », qu’il y a des discussions récurrentes en son sein sur la possibilité d’avorter. Bien sûr qu’il y en a, mais comme j’ai eu aussi l’occasion de m’en rendre compte « de visu » au Royaume-Uni et en République d’Irlande, les discussions sur le sujet se terminent presque toujours de la même façon, partagée de facto par l’auteur du commentaire : résoudre en priorité la « question principale », la question nationale ; les autres questions existent, certes, mais elles lui sont subordonnées parce que « secondaires ». Discours politicien par excellence. Accepté même par des néoféministes irlandaises qui soutiennent de « façon critique » le nationalisme irlandais et donc le parti qui le représente le mieux. Favorable ou non à la création de quelque Etat nation irlandais unifié, ou plus prosaïquement à l’autonomie au sein de l’Europe, le « Sinn Fein », comme parti politique, n’a jamais voulu prendre le contre-pied des préjugés chrétiens dominant en Irlande sur l’avortement. La laïcité du parti n’implique pas qu’il soit athée ! La notion de laïcité est étatique, faut-il encore le rappeler ? Je demande donc déjà à l’auteur du commentaire qu’il me présente la moindre résolution de congrès du « Sinn Fein » qui n’aille pas dans ce sens réactionnaire. Il n’en trouvera pas. Simple exception à la règle, la résolution du dernier congrès de Derry, au printemps 2015, autorisant l’avortement dans « certains cas » que j’ai cités. Voir, entre autres, le site http://www.genethique.org/fr. Résolution qui est passée de justesse ! Irlandais, encore quelques efforts pour être au niveau des Polonais !

André Dréan
Réponse à l’un des commentaires affichés sur « Bellaciao »,
à propos de la « Lettre ouverte à Sous la Cendre »
Novembre 2015

 

http://www.non-fides.fr/?Lettre-ouverte-au-site-libertaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

css.php